fourbu

fourbu, ue [ furby ] adj.
• 1546; p. p. de l'a. fr. forboire « boire hors de raison, à l'excès »
1(1563) Vétér. En parlant d'un animal de trait, Qui est atteint de fourbure. Cheval fourbu. Cour. Cheval, animal fourbu, épuisé de fatigue, forcé, surmené.
2(Personnes) Qui est harassé, très fatigué. éreinté, moulu, rompu, vidé; fam. crevé. Rentrer fourbu d'une longue marche. « Durtal se sentait vidé [...] fourbu, réduit à l'état de filament, à l'état de pulpe » (Huysmans).

fourbu, ue
adj.
d1./d MED VET Atteint de fourbure.
d2./d Harassé.

⇒FOURBU, UE, part. et adj.
I.— Forme part. de l'anc. verbe fourboire.
A.— [Le suj. désigne une pers.; le compl. d'obj. un animal] Fatiguer excessivement. (Quasi-)synon. crever. Je trottai pendant deux grandes heures dans la campagne pour me rafraîchir; et, sans m'en apercevoir, j'avais presque fourbu ma bête (BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 245). J'avais fourbu deux chevaux sous moi (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 165).
B.— P. anal. [Le compl. d'obj. désigne une pers.] Harasser de fatigue. La vie m'a forcée, fourbue, estropiée (ROLLAND, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1182). Elle est allée à une soirée dansante qui l'a fourbue (BUTOR, Passage Milan, 1954, p. 270).
II.— Adjectif
A.— Vieilli, MÉD. VÉTÉR. Atteint de fourbure. Dessoler un cheval fourbu (Ac. 1878).
B.— Usuel
1. [En parlant d'un animal] Extrêmement fatigué. Cette heure de repos et une musette d'avoine (...) avaient rendu un peu de vigueur au pauvre vieux cheval fourbu (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 149). Un pigeon voyageur (...) s'est échoué dans le grenier, fourbu, affamé (LÉAUTAUD, Journal littér., 1907-09, p. 246).
2. [En parlant d'une pers.] Harassé de fatigue. (Quasi-)synon. épuisé, exténué. Le pauvre Grégorio était lui sur les dents, rompu, brisé, fourbu (BALZAC, Œuvres div., t. 3, 1836-48, p. 523). Je suis las jusque dans la moelle des os, triste à mourir, éreinté, fourbu (FLAUB., Corresp., 1875-76, p. 179). Il gisait, esquinté, fourbu, incapable de réunir deux idées dans sa cervelle (HUYSMANS, Là-bas, t. 2, 1891, p. 82) :
Pendant des mois et des mois, il s'était essoufflé à la [une femme] poursuivre. Après un repos de trois mois, la poursuite recommençait, mais dans d'autres conditions : il était rendu, fourbu, il ne fournirait pas la course. Elle comprenait qu'il souffrait, elle lui prit la main.
MAURIAC, Myst. Frontenac, 1933, p. 269.
Au fig., rare
a) [En parlant d'une faculté hum.] Un bain de verdure, (...) voilà ce qu'il faudrait (...) à mon imagination fourbue (LORRAIN, Phocas, 1901, p. 304).
b) [En parlant de chose concr. ou abstr.] Usé, défraîchi à force d'avoir servi. Pour de pauvres prêtres (...) qui s'obstinent à faire semblant de courir derrière des paradoxes fourbus, la démocratie n'est toujours qu'un thème inépuisable aux discussions et controverses du séminaire (BERNANOS, Gde peur, 1931, p. 439).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1546 « fatigué » couillon forbeu (RABELAIS, Tiers-Livre, éd. M. A. Screech, XXVIII, 77); 1563 cheval forbeu « atteint de fourbure » (J. MASSÉ, Art. vétérin. ds DG). Emploi adj. du part. passé de l'anc. verbe soi forboire « boire avec excès, se fatiguer de trop boire » (1400, Arch. Nord, B 10354, fol. 19 ds IGLF), composé de for(s) et de boire. Fréq. abs. littér. : 206. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 34, b) 206; XXe s. : a) 388, b) 502.

fourbu, ue [fuʀby] adj.
ÉTYM. 1546; p. p. de l'anc. franç. forboire « boire hors de saison, à l'excès »; par ext. « se fatiguer, par suite d'excès de boisson ».
1 (1563). Vétér. Atteint de fourbure (en parlant d'un animal de trait). || Un cheval fourbu.Par ext. (la fourbure étant souvent due à une fatigue excessive). || L'animal se traînait, fourbu, épuisé de fatigue.
1 (…) Justin talonna si fort le cheval de Bovary, qu'il le laissa dans la côte du Bois-Guillaume, fourbu et aux trois quarts crevé.
Flaubert, Mme Bovary, III, VIII.
2 Mais j'éperonnais ma vieille haine ainsi qu'un cheval fourbu (…).
F. Mauriac, le Nœud de vipères, XVII.
2 (1856). Cour. (Personnes). Qui est très fatigué, harassé de fatigue. Crevé (fam.), éreinté, exténué, moulu, rompu. || Nous arrivâmes à l'auberge affamés (cit. 2) et fourbus. || Soldats fourbus (→ Colonne, cit. 12; et aussi cauchemar, cit. 1; esquinter, cit. 3; estocade, cit. 3).
3 Durtal se sentait vide, détrité, fourbu, réduit à l'état de filament, à l'état de pulpe.
Huysmans, En route, p. 224.
4 Je serai un vieux rabougri, ma peau sera ridée, ma peau sera une écorce, je serai un vieux fourbu (…)
Ch. Péguy, la République, p. 267.
DÉR. Fourbure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • fourbu — fourbu, ue (four bu, bue) adj. 1°   Terme de vétérinaire. Atteint de fourbure, maladie qui ôte très promptement aux chevaux l usage des jambes. 2°   Fig. Incapable de marcher à cause d un excès de fatigue. Je suis fourbu. HISTORIQUE    XVIe s.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • FOURBU — UE. adj. T. d Art vétérinaire. Il se dit Des chevaux, des mulets, etc., qui perdent tout à coup l usage de leurs jambes, soit pour avoir trop travaillé, soit pour avoir bu trop tôt après avoir eu chaud. Dessoler un cheval fourbu. Cette jument est …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • FOURBU, UE — adj. T. d’Art vétérinaire Il se dit en parlant d’un Cheval, d’un Mulet qui a une inflammation du tissu réticulaire du pied. Par analogie, il signifie Qui est harassé de fatigue. J’ai trop marché : je suis fourbu …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • être fourbu — ● être fourbu verbe passif (participe passé de l ancien français soi forboire, boire avec excès) Être harassé, moulu de fatigue : Rentrer fourbu d une longue course. En parlant d un cheval, être affecté de fourbure. ● être fourbu (synonymes)… …   Encyclopédie Universelle

  • ourbu — fourbu …   Dictionnaire des rimes

  • fourbure — [ furbyr ] n. f. • 1611; de fourbu ♦ Vétér. Congestion inflammatoire des tissus du pied du cheval (⇒ fourbu). ● fourbure nom féminin (de fourbu) Congestion et inflammation du pied des ongulés et surtout du cheval, provenant d une fatigue… …   Encyclopédie Universelle

  • recru — recru, ue [ rəkry ] adj. • 1176 recreü; de l a. fr. (soi) recroire « se décourager, s avouer vaincu » 1080; bas lat. se recredere « se remettre à la merci », de credere 1 ♦ Littér. Fatigué, jusqu à l épuisement. ⇒ épuisé, éreinté, fourbu, harassé …   Encyclopédie Universelle

  • cheval — cheval, aux [ ʃ(ə)val, o ] n. m. • fin XIe; lat. caballus « mauvais cheval » (mot gaul.), qui a supplanté le class. equus; cf. aussi joual I ♦ 1 ♦ Grand mammifère ongulé (hippomorphes) à crinière, plus grand que l âne, domestiqué par l homme… …   Encyclopédie Universelle

  • esquinté — esquinté, ée [ ɛskɛ̃te ] adj. • 1846; de esquinter 1 ♦ Fam. Abîmé, amoché. Avoir une jambe esquintée. Des livres complètement esquintés. 2 ♦ Vieilli Très fatigué. ⇒ flapi, moulu. « Il gisait, esquinté, fourbu, incapable de réunir deux idées dans… …   Encyclopédie Universelle

  • recrue — [ rəkry ] n. f. • 1550; recreue « supplément » 1501; de recroître, de re et croître 1 ♦ Soldat qui vient d être recruté. ⇒ conscrit; fam. bleu. Brimades infligées aux jeunes recrues. « ces recrues toutes fraîches qui savaient à peine manier le… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.